Vies et mœurs des familles d’Amérique du Nord (Garth Risk Hallberg)

Hallberg

Date de publication originale / Dans cette édition : 2007/2017
Langue originale : Anglais
Maison d’édition : Plon
Nombre de pages : 144
Quatrième de couverture : « Depuis des années, les Hungate et les Harrison coexistent pacifiquement dans une banlieue de New York. Ils se croisent à des barbecues le printemps venu, se réjouissent intérieurement d’être épargnés par l’ombre du divorce ou de la crise d’adolescence, applaudissent aux spectacles de fin d’année de leurs enfants. Mais lorsque le père d’une des familles décède, les survivants doivent faire face à la rude réalité. »

Nouvel OVNI de Garth Risk Hallberg (enfin le premier, puisque publié avant City on Fire aux Etats-Unis, mais pas en France), Vies et mœurs des familles d’Amérique du Nord aborde de manière particulièrement originale la vie de deux familles voisines, dont nous ne pouvons d’ailleurs pas savoir si elles sont réelles ou fictives.

Cette vie est présentée sous l’angle d’entrées thématiques très brèves (pas plus d’une page ; en voici quelques exemples : « ennui », « adolescence »…) qui peuvent se lire dans l’ordre où nous le souhaitons : linéaire, et donc alphabétique, ou selon les suggestions de l’auteur, qui fait des liens en fin d’entrée avec plusieurs autres entrées – à la manière de Marelle de Julio Cortázar. Chacune des entrées est accompagnée d’une photo qui l’illustre, et d’une notice explicative faisant penser à une étude zoologique, accentuant l’originalité de la démarche d’Hallberg. Nous avons alors l’impression que son ouvrage est avant tout scientifique, disséquant deux familles new-yorkaises par l’écriture pour mieux mettre au jour les caractéristiques communes de familles américaines types.

Dans tous les cas, peu importe le cheminement choisi, nous entrons in medias res dans  l’histoire, et même plutôt brutalement. Au fil des entrées, nous en apprenons un peu plus sur chaque personnage, mais malgré tout de manière lapidaire : les points de vue varient à chaque fois ou presque, et les informations sont, surtout au début, insuffisantes pour connaître les tenants et les aboutissants de ces entrées. Un vrai travail de reconstitution du puzzle est à faire au fur et à mesure de la lecture, ce qui rend celle-ci vraiment agréable, alors que, paradoxalement, les sujets abordés sont graves et décrivent des familles qui ont littéralement implosé.

Tout comme City on Fire, j’ai donc adoré Vies et mœurs des familles d’Amérique du Nord, surtout pour son côté décalé (graphiquement et narrativement parlant), mais aussi pour ce qu’il met en jeu quant à la description d’une Amérique de banlieue loin de tout idéalisme. J’attends en tout cas le prochain ouvrage de Garth Risk Hallberg avec impatience !

944178ChallengeABC20172018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s