Walden (Henry David Thoreau)

Walden

Date de publication originale / Dans cette maison d’édition : 1854 / 2013
Langue originale : Anglais
Maison d’édition : Le mot et le reste
Nombre de pages : 368
Quatrième de couverture : « Walden, publié en 1854, se présente comme le récit des deux années (1845-1847) que son auteur, Henry David Thoreau, a passé à vivre seul dans les bois, près du lac Walden, dans une cabane qu’il avait construite de ses mains. Mais si ce texte relate bel et bien, saisons après saisons, cette expérience de vie autosuffisante et frugale, vivifiante aussi, passée au plus près de la nature, il ne se limite pas au simple exposé d’un art de vivre. Longuement mûri, réécrit huit fois entre 1847 et 1854, Walden est le chef-d’œuvre littéraire de Henry David Thoreau. »

Avec Walden, je me suis sentie immédiatement en terrain connu, pensant aux Essais de Montaigne, au programme cette année de l’agrégation de lettres que je suis justement en train de préparer. C’est malgré tout beaucoup plus digeste, d’abord parce que c’est un ouvrage du XIXème siècle – la langue est donc plus abordable -, également parce qu’il est plus simple de suivre le fil de la pensée de Thoreau, qui ne va pas, comme Montaigne, « à sauts et à gambades » toutes les deux pages.

Mélange de réflexions sur soi et sur le monde, de citations de grands philosophes, écrivains, artistes… prouvant ses dires, de récits de situations plus ou moins concrètes et personnelles, l’auteur nous décrit avec beaucoup de conviction, parfois même de poésie ou d’humour, son expérience vécue pendant deux ans – il ne décrit qu’un an environ sur les deux – en pleine nature, au bord du lac Walden. Se limitant au minimum (nourriture, confort, dépenses…), il démontre en quoi ce minimum est possible, et même salutaire pour l’Homme, par sa propre expérience. Il fait en cela l’apologie, par exemple, de l’autonomie, de l’autosuffisance, du respect de la nature et de la communion avec elle, de la solitude, de la lecture « intelligente », de l’antimatérialisme, et surtout de la liberté individuelle…

Ouvrage que j’ai trouvé très intéressant, qui se lit vite et bien malgré ce qu’on pourrait en penser au départ, Walden fut donc un moment de lecture instructif. Il reste, qui plus est, d’actualité plus d’un siècle et demi plus tard, le monde s’enfonçant toujours plus dans les marasmes de la surconsommation au fil des ans.

944178ChallengeABC20172018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s