Feuillets de cuivre (Fabien Clavel)

clavel

Date de publication : 2015

Maison d’édition : ActuSF

Nombre de pages : 400

Quatrième de couverture : « Paris, 1872. On retrouve dans une ruelle sombre le cadavre atrocement mutilé d’une prostituée, premier d’une longue série de meurtres aux résonances ésotériques. Enquêteur atypique, à l’âme mutilée par son passé et au corps d’obèse, l’inspecteur Ragon n’a pour seule arme contre ces crimes que sa sagacité et sa gargantuesque culture littéraire. »

Quel étonnant roman que ces Feuillets de cuivre, qui m’a bien déroutée au début de ma lecture, moi qui m’attendais à un roman policier de facture classique. Alors certes, il l’est dans le fond, puisqu’il rend hommage aux classiques du genre tels Sherlock Holmes, d’abord par la présence même de l’inspecteur Ragon, enquêteur cultivé et très ingénieux pour résoudre des crimes, mais aussi, dans la deuxième partie, par celle d’un alter ego maléfique dont notre inspecteur va devoir déjouer des pièges de plus en plus tordus.

Mais la forme est quant à elle beaucoup plus inattendue, puisque l’on suit diverses enquêtes, très brèves, dont on pourrait regretter le développement succinct, si ce n’est que c’est là aussi une façon pour l’auteur de rendre hommage à un autre genre de prédilection du XIXème siècle, celui du roman-feuilleton, calibré pour être publié dans les journaux et pour tenir en haleine le lecteur chaque semaine afin de lui donner envie d’acheter le numéro suivant. Chaque enquête, ou feuillet, malgré sa brièveté, n’en est pas moins pertinente, vraiment bien écrite, et donne envie de lire la suivante pour découvrir les évolutions dans la vie, personnelle comme professionnelle, de Ragon (les enquêtes sont en effet présentées de manière chronologique).

Et bien entendu, au centre de ces feuillets, non seulement des crimes, mais aussi et surtout des crimes en lien, plus ou moins directement, avec l’objet livre et la littérature du XIXème siècle, ce qui n’a fait qu’ajouter un nouvel intérêt  pour moi qui suis férue de cette époque.

Je ne regrette donc pas le moins du monde ma lecture de ce roman, qui est une découverte franchement bienvenue !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s