Les portes du néant (Samar Yazbek)

yazbek

Date de publication originale / Dans cette édition : 2015 / 2016
Langue originale : Arabe (Syrie)
Maison d’édition : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 345
Quatrième de couverture : « Figure de l’opposition au régime de Bachar al-Assad, Samar Yazbek est contrainte de quitter son pays tant aimé en juin 2011. Depuis son exil, elle ressent l’urgence de témoigner. Au mépris du danger, elle retourne clandestinement dans son pays, en s’infiltrant par une brèche dans la frontière turque. Trois voyages en enfer dans la région d’Idlib où elle vit de l’intérieur l’horreur de la guerre civile, aux côtés des activistes. »

En plein débat sur la nécessité de la presse de diffuser ou pas des images transmises par les civils syriens quant aux exactions commises par les bombardements sur la Ghouta orientale, cette lecture tombe plutôt bien puisque Samar Yasbek témoigne avec beaucoup d’objectivité, dans Les portes du néant, de l’évolution du conflit, de plus en plus meurtrier au fil des années, mais aussi de l’importance que prend, dans le pays, au fil de ces mêmes années, l’OEI. Elle n’hésite pas à aller sur le terrain pour être au plus près des violences perpétrées, les décrivant sans prendre de gants : état des villes et villages, état d’esprit des combattants rebelles, mais aussi des civils qui doivent subir la guerre civile… Son récit est vraiment éclairant sur la situation et m’a permis de cerner encore davantage sa complexité, notamment religieuse.

L’on sent très vite, malgré tout, qu’en tant que Syrienne qui a dû fuir son pays, étant une figure importante de l’opposition au régime, elle a du mal à rester neutre face à toute cette violence, l’indignation prenant de plus en plus souvent le pas sur la neutralité première au fur et à mesure du témoignage. Cette indignation se ressent d’ailleurs le plus souvent lorsqu’il est question de son statut de femme : en effet, pour beaucoup, elle n’a rien à faire sur le champ de bataille, ce n’est pas à elle d’aller interroger les rebelles, ou encore de témoigner sur ce conflit.

Voici donc une lecture que j’ai trouvée passionnante, même si particulièrement éprouvante : l’on a vraiment l’impression de suivre Samar Yazbek au plus près du franchissement des trois portes du néant que ce sont ses trois incursions successives dans la guerre syrienne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s