Le baobab de Stanley (Guillaume Jan)

guillaume jan

Date de publication originale / Dans cette édition : 2009 / 2016
Maison d’édition : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 224
Quatrième de couverture :  »  L’hiver approche, la fille que j’aimais m’a quitté, j’ai un peu d’argent de côté et pas d’autre projet pour les mois à venir. Je console mon chagrin en relisant Voyage au bout de la nuit, de Louis-Ferdinand Céline. « En Afrique, s’écrie Bardamu, son héros. Plus que ce sera loin, mieux ça vaudra. » Pourquoi pas y aller moi aussi ? J’ai besoin de me sentir vivre, de me sauver du quotidien, de colmater ma petite blessure avec de la poudre d’escampette. G. J.
Parti de Zanzibar, sur l’océan Indien, l’auteur met trois mois pour traverser le continent d’est en ouest. Il se déplace à pied, à moto, en pirogue, en taxi-brousse, en avion-stop, et nous entraîne à la rencontre des hommes et des femmes qui font l’Afrique contemporaine. En chemin, il découvre que sa route se confond avec celle de Stanley, le premier explorateur à avoir descendu le fleuve Congo en 1877. Un long siècle est passé, mais s’aventurer dans cette région du monde reste une expédition au cœur des ténèbres. « 

 

Le baobab de Stanley, de même que son auteur Guillaume Jan, m’étaient complètement inconnus avant que je ne les découvre dans la box livres à laquelle j’étais abonnée il y a encore peu.

J’ai trouvé sympathique de suivre les aventures, plus ou moins faciles et agréables, de notre auteur qui a décidé de tout plaquer du jour au lendemain pour partir en contrée sauvage africaine – en effet, une bonne partie de son voyage s’effectue, par choix, plus qu’hors des sentiers battus, parfois à son grand dam, car il a bien du mal à s’extirper de certaines situations critiques. Heureusement pour lui, tout finit toujours bien.

Ce que j’ai particulièrement apprécié, ce sont toutes les idées reçues d’Occidental sur ce continent, ses habitants, sa culture, etc., que l’auteur se permet de reconnaître très sincèrement, et qui partent à vau-l’eau au fil de ses rencontres et échanges, pour en retirer sa propre vision de l’Afrique à la fin de son périple. Un vrai récit de voyage en somme, qui se lit très vite et très bien !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s