L’éducation sentimentale (Gustave Flaubert)

flaubert1

Date de publication originale / Dans cette édition : 1869 / 1972
Maison d’édition : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 668
Quatrième de couverture : « Un jeune provincial de dix-huit ans, plein de rêves et plutôt séduisant, vient faire ses études à Paris. De 1840 au soir du coup d’Etat de 1851, il fait l’apprentissage du monde dans une société en pleine convulsion. Sur son chemin, il rencontre le grand amour et les contingences du plaisir, la Révolution et ses faux apôtres, l’art, la puissance de l’argent et de la bêtise, la réversibilité des croyances, l’amitié fraternelle et la fatalité des trahisons, sans parvenir à s’engager pour une autre cause que celle de suivre la perte de ses illusions. »

 

Flaubert et moi, c’est une grande histoire d’amour qui dure depuis 20 ans, depuis le jour où j’ai décidé d’ouvrir Madame Bovary, comme ça, pour voir ; je fus charmée par Emma, bien sûr, pour qui j’avais un regard bien naïvement bienveillant, mais encore plus par le style de ce bon vieil ermite aigri et perfectionniste, qui s’astreignait à un travail rigoureux d’ascète huit heures par jour pour réussir à écrire, un jour, le Roman qui engloberait toutes ses aspirations et toutes ses envies, peine perdue malheureusement. Enfin, je ne suis pas là pour gloser sur Flaubert, mais pour évoquer plus précisément L’Education sentimentale, que je lis et relis ces derniers mois, puisque je prépare l’agrégation de lettres, et qu’il est en effet au programme.

J’avoue que ces nombreuses relectures me montrent à chaque fois davantage à quel point ce roman est une pépite, bien encore davantage que Madame Bovary. Emma Bovary, c’est une femme qui s’ennuie, mais qui agit, malheureusement jusqu’au bout. Frédéric Moreau, c’est un jeune homme qui s’ennuie aussi, mais qui reste passif face à son désenchantement progressif, face au désenchantement de la société qui l’entoure. Il se nourrit de rêves et d’illusions, de fantasmes de plus en plus grandiloquents, sans être capable de profiter du peu qu’il obtient, quand il l’obtient, ce qui est bien rare. Il rêve sa vie, et la voit s’écouler tout en passant son temps à regretter ce qu’il ne fait pas, à défaut de ce qu’il fait, bien entendu. Il est représentatif de son époque, plus précisément de la société de 1848, en pleine désillusion, tout autant politiquement, que socialement ou culturellement, qui ne sait comment agir, et qui donc n’agit plus vraiment.

Alors oui, Frédéric peut être particulièrement agaçant, oui, on peut avoir envie de lui foutre un bon coup de pied au cul pour qu’il se bouge enfin, mais où résiderait alors le charme, et surtout la nouveauté de ce roman qui, en décrivant un jeune homme qui ne fait rien de sa vie, a la capacité de décrire par son intermédiaire toute une époque, par une série de tableaux tous plus frappants de réalisme, mais aussi de cynisme, les uns que les autres ?

Je crois que c’est vraiment ce qu’il faut comprendre quant à ce roman, si l’on veut en saisir tous les enjeux, et prendre du plaisir à sa lecture, qui peut être ardue – notamment toutes les descriptions de repas et les scènes pendant les révoltes, que je trouve personnellement truculentes, enfin les goûts et les couleurs… – : Flaubert n’a pas fait son roman chiant juste pour le plaisir et pour gaver des ribambelles d’étudiants de fac de lettres, il a parfaitement mimé la vie de son personnage principal, tout simplement, pour faire prendre conscience à son lecteur ce qu’est l’essence même de l’ennui, du désenchantement, de la désillusion. Car ce qui aurait dû être un roman d’apprentissage, comme l’annonce le titre, n’est qu’un roman sur rien, inclassable et foncièrement moderne pour 1869.

Publicités